Conférence Keramis: Centre d’Art, de la Céramique et du Design

Début: mar, 20/03/2018 - 17:00

Fin: mar, 20/03/2018 - 21:00

Gembloux 2
70 Rue Saucin - 5032 Isnes (Google map)

Entre Architecture et Patrimoine

Une soirée 2 projets, dont un primé au Grand Prix d’Architecture de Wallonie 2017

1. Le Centre d’Art et du Design

« vers une reconversion »

Le projet de reconversion des anciens halls de la faïencerie Royal Boch en centre de la céramique et du design s’inscrit dans une logique de sauvegarde du patrimoine industriel de la manufacture louvièroise.

Présentation: 2 espaces, 2 fonctions

« un espace dédié à la création »

Le projet de reconversion des anciens halls de la faïencerie Royal Boch en centre de la céramique et du design s’inscrit, comme la construction voisine du nou­veau musée de la céramique, dans une logique de sauvegarde du patrimoine industriel de la manufacture louvièroise.

Seule une partie des gigantesques espaces à disposition a été choisie en vue d’abriter le programme sans faire obs­tacle aux liens entre le nouveau musée, la gare de La Louvière Centre et le parc qui les borde.

Contrairement à Keramis, qui se veut essentiellement un lieu d’exposition, le projet s’apparentera à un espace dédié à la création. A cette fin, on y retrouve les 2 fonctions principales suivantes : D’une part, dans les anciens locaux réhabili­tés, c’est la partie «manufacture » qui regroupe, les ateliers d’artistes, les zones de fabrications, les fours ainsi qu’une très belle galerie d’exposition témoin de l’architecture industrielle originelle.

L’autre partie est occupée par les fonc­tions d’accès au bâtiment, un restaurant, et par toutes les facilités pour les artistes en résidence (logements, lieux de vies et lieux de replis).

Architecturalement, la mise en place de ces deux activités se traduit par toute une série de confrontations réunies autour d’un patio ouvert tel un balcon sur le nouveau parc de la cité. C’est le point central du bâtiment autour duquel toute la vie du lieu s’organise. Pour y accéder on traverse un hall extérieur aux proportions volontairement écrasée débouchant sur un escalier baigné de lumière dont le plafond se dérobe et vous projette vers cette terrasse urbaine. 

En plan, deux formes de « L » s’emboitent, l’un est ancien, l’autre est complètement neuf. 

Cette dualité est également structu­relle. D’un côté l’espace est constitué de colonnes irrégulières en béton qui se superposent délicatement en s‘affinant d’étage en étage, alors que de l’autre on retrouve des grandes surfaces parfai­tement planes qui créent des volumes volontairement bruts.

Elle est également immatérielle. L’usine est habillée d’une peau diaphane qui révèle sa structure et offre une lumière naturelle du Nord constante, idéale pour le travail artistique. Cette robe est ponctuellement percée de regards dirigés vers le paysage urbain environnant…

 

2. KERAMIS- Centre de la céramique

Par Coton De Visscher Lelion Nottebaert Vincentelli architectes

Intervenants

les architectes Michel De Visscher et Anne Sophie Nottebaert

Contenu 

Présentation du projet architectural : centre Keramis, centre de la céramique contemporaine, la façon dont il s’inscrit dans le contexte historique et patrimonial, la manière dont il participe à la réorganisation du site Boch Keramis et dont il reconstruit ce morceau de ville.

Descriptif du projet et de son contexte

Le programme proposait la réappropriation d’une parcelle de 2060m² et de ses trois fours bouteille par la création d’un outil de représentation, de pratique, de communication et d’enseignement de la céramique. Le projet devait s’insérer significativement dans un plan directeur, vaste mouvement de réfection de la friche industrielle, comprenant logements, centre commercial, cité administrative et parc. Le centre abriterait aussi des activités pédagogiques, de production et de résidence d’artistes.

Les fours bouteilles : le centre du projet

La qualité très particulière de la salle des fours, la déambulation autour et dans ces architectures rondes, le jeu de la lumière dans cet espace nous a incité à en faire le coeur du musée. Les différentes pièces, salles, fonctions s’articuleront autour des fours. De manière symbolique, le projet tentera de faire des fours un centre rayonnant aussi bien dans la ville que plus loin.

Les angles s’arrondissent pour une meilleure fluidité, les fonctions prennent leur place. Effleurement, glissement, le bâtiment se creuse pour créer une porosité par rapport au parc et à la ville. Il se plie, s’arrondit, il entoure les fours bouteilles tel un paravent. Un ruban frôle et s’accroche au bâtiment des fours bouteilles. Le bâtiment se déploie, s’ouvre, se referme, se laisse voir, crée des lieux privilégiés intérieurs et extérieurs.

Les pièces extérieures sont complémentaires aux pièces intérieures. Celles-ci dilatent les espaces d’accueil et d’expositions (parvis, cours, galerie extérieure, terrasse). Un parvis capture les flux de la ville côté parc via une déformation du bâtiment. Côté place, le public glisse via une rampe entre le bâtiment classé et le magasin. De par sa position centrale, l’accueil contrôle les entrées, l’accès aux salles d’exposition, le magasin, et les circulations verticales. Le magasin est positionné stratégiquement en clin d’oeil au caractère commercial du quartier. L’administration est en relation avec l’activité commerciale et l’usine Royal Boch. La cafétéria et l’atelier ont une place privilégiée en pivot entre la ville et l’organisation du centre Keramis. La cafétéria s’ouvre vers le parvis à l’ouest et au sud sur la cour; l’atelier est un poste d’observation. Depuis la rue, une entrée indépendante permet l’accès à l’administration, aux résidences d’artiste et aux réserves (escalier et monte-charge).