Chaque maison a son histoire

Début: jeu, 26/04/2018 - 12:00

Fin: dim, 17/06/2018 - 18:00

Salle du Bélian
Rue d'Havré, 88 - 7000 Mons (Google map)

Partir à la découverte de l’histoire d’une maison est passionnant ! Car toute maison, de l’humble chaumière à la riche demeure, a son histoire : matérielle et foncière d’abord ; économique, sociale et humaine ensuite en tant que bien patrimonial et lieu de vie, témoin du vécu de ses occupants. Une habitation est d’abord un lieu de mémoire. Elle est toujours le révélateur d’un degré de fortune, d’une manière de vivre, de mentalités et de goûts liés à l’époque. Elle partage aussi les épreuves collectives de la société dans laquelle elle s’insère.

C’est ce que cette exposition tend à mettre en évidence à travers une sélection de documents écrits et figuratifs, du XVIe au XXe siècle. Organisée en partenariat par l’Agence wallonne du Patrimoine, les Archives de l’État à Mons, la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme de l’UMONS et la Ville de Mons, elle invite le visiteur à une découverte de la richesse et de la diversité des différents types de sources permettant de retracer l’évolution d’un bien immobilier privé.

Cinq thèmes sont évoqués. Premièrement, une maison c’est d’abord une construction, comme en témoignent les plans, maquettes, élévations de façades, croquis d’éléments décoratifs dessinés par des architectes ou extraits de dossiers de permis de bâtir mais aussi les comptes des matériaux et des prestations d’artisans conservés dans les archives familiales. Une maison, c’est également un terrain ou une parcelle située dans un environnement dont l’évolution au fil des siècles est perceptible à travers les cartes, vues de villes et de villages et documents cadastraux. Qu’on en hérite ou qu’on l’achète, une maison, c’est encore une propriété, un bien patrimonial, qui se transmet et dont on tire d’éventuels revenus. Les immeubles n’échappent pas aux vicissitudes de la société dont ils portent les stigmates, aux catastrophes naturelles – inondations ou dégâts miniers en particulier –, mais surtout aux conflits armés qui en ont endommagé une proportion non négligeable sur le territoire belge. Ces circonstances constituent une véritable aubaine pour le chercheur par la production d’une documentation très abondante, en particulier de dossiers de demandes d’indemnisation souvent très riches en informations sur l’urbanisme d’avant et d’après-guerre, les intérieurs, le quotidien, le niveau de vie des occupants. Ce quotidien, ce niveau de vie, on les retrouve enfin dans la maison en tant qu’habitation proprement dite, occupée par des hommes, des femmes, des familles, des générations d’individus, des foyers successifs dont les signes extérieurs de richesse échappent rarement à la fiscalité.

Au cœur de l’exposition, l’histoire architecturale de trois maisons est retracée au travers de pièces inédites (croquis, maquettes, photographies, matériaux, etc.). C’est grâce aux archives privées de trois architectes emblématiques du XXe s à Mons (André Godart, René Panis et Jean-Pierre Parys) que se dévoilent les facettes de leurs conceptions architecturales.

Les documents exposés concernent pour la plupart Mons et la région environnante. On y verra notamment une représentation à vol d’oiseau de la ville de Mons datant du XVIe siècle, l’original de la demande du Marquis de Gages pour la construction de son hôtel particulier de la rue d’Enghien à Mons en 1767, une série de documents relatifs à l’ancien refuge de l’abbaye d’Aulne dans la rue d’Havré, à la maison personnelle de l’architecte André Godart dans la rue Cronque, ou encore des documents relatifs à la reconstruction de la ville de Saint-Ghislain après les bombardements de 1944.